Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Fin de vie : faut-il aller plus loin que la sédation profonde? Votez et donnez votre opinion.

 

                                        OUI                 NON

Les députés Jean Leonetti et Alain Claeys remettent ce vendredi un rapport sur la fin de vie à François Hollande. Ils préconisent la sédation profonde, à savoir une "fin de vie apaisée" pour les patients mais sans aller jusqu'à l'euthanasie ou au suicide assisté. Selon vous, faut-il aller plus loin? Fin de vie : faut-il aller plus loin que la sédation profonde?

Donner de nouveaux droits aux patients en fin de vie était l'une des promesses de campagne de François Hollande. Dès 2012, il avait en en effet évoqué la révision de la loi Leonetti et évoqué la possibilité pour toute personne "en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable" de demander à bénéficier d'une "assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité". Un sujet qui divise la société et qui refait surface ce vendredi avec la remise d'un rapport des députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP) au président de la République.

Parmi les idées fortes de ce texte: la promotion de "la sédation profonde et continue" permettant aux gens de "partir doucement et sans souffrance". Car cette "sédation profonde" permet de plonger un malade dans coma artificiel. Et, dans certains cas, lorsque le patient est déjà très affaiblit, elle accélère le décès. Mais ce rapport ne va pas jusqu'à préconiser le suicide assisté ou l'euthanasie, autorisés dans plusieurs pays européens. Ce qui ne satisfait pas Jean-Luc Roméro, président de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD).

"Une fois de plus ce n'est pas vous qui décidez mais le médecin"

Sur RMC, le conseiller régional PS d'Ile-de-France indique vouloir aller encore plus loin. "Ceux qui n'en peuvent plus de leurs souffrances n'ont pas envie de cette sédation que propose ce bon docteur Leonetti. Ils ont envie de partir quand ils ont décidé, entourés des leurs. Or la sédation, on vous débranche, on arrête de vous alimenter, de vous hydrater et vous pouvez mettre un certain temps à partir".

Pour lui, "une fois de plus ce n'est pas vous qui décidez mais le médecin. C'est ça le problème de cette loi, c'est que le patient qui n'en peut plus ne peut pas dire: 'Arrêtez, je veux partir, donnez-moi un produit pour partir". Un avis que ne partage pas Vincent Morel, président de l’association française d’accompagnement et de soins palliatifs.

"Un bon compromis"

Dans Bourdin Direct, il dit considérer que la sédation "est un bon compromis car elle permet de soulager un malade sans provoquer la mort, sans le tuer". Il l'assure : "Le rôle de la médecine n'est pas de provoquer le décès des patients mais de soulager les malades quelles qu'en soient les conséquences. Cela veut donc dire que lorsqu'on endort un malade pour le soulager, on accepte que l'une des conséquences possibles soit une éventuelle accélération du décès". Mais, insiste-t-il, "en aucun cas l'objectif de nos soins est de provoquer la mort".

 

Commentaires:

On a plus de respect pour nos animaux de compagnie quand il est temps de les voir partir ,on les accompagne dans la dignité avec une injection...j'ai malheureusement assisté 2 fois à un protocole de fin de vie pour des proches ,j'étais dégouté de voir comment cela ce déroulé...mon père a tenu 5 jours avant que son coeur cesse de battre.. et au retour du médecin après le week end lui mème étonné de voir que que mon père était toujours en vie.....je crois que les médecins ce donnent bon conscience en endormant..mais j ai assimile ça a une torture silencieuse ..quelle honte

 

l est temps je crois que la France avance un peu. L'euthanasie est légale dans bon nombre de pays. Il faut la rendre légale en France, bien encadrée bien sur, pour éviter toute sorte d'excès ou de dérapages.

 

On ne peut pas décider pour les autres et le débat est difficile. Il faut notifier clairement ses propres intentions. Rester branché comme un légume à des machines : quelle horreur.
J'ai déjà dit à mes enfants, à mon médecin, que j'y était totalement opposée.

 

 

Fin de vie : faut-il aller plus loin que la sédation profonde?

Fin de vie : faut-il aller plus loin que la sédation profonde? Votez et donnez votre opinion.

Les députés Jean Leonetti et Alain Claeys remettent ce vendredi un rapport sur la fin de vie à François Hollande. Ils préconisent la sédation profonde, à savoir une "fin de vie apaisée" pour les patients mais sans aller jusqu'à l'euthanasie ou au suicide assisté. Selon vous, faut-il aller plus loin? Fin de vie : faut-il aller plus loin que la sédation profonde?

Donner de nouveaux droits aux patients en fin de vie était l'une des promesses de campagne de François Hollande. Dès 2012, il avait en en effet évoqué la révision de la loi Leonetti et évoqué la possibilité pour toute personne "en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable" de demander à bénéficier d'une "assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité". Un sujet qui divise la société et qui refait surface ce vendredi avec la remise d'un rapport des députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP) au président de la République.

Parmi les idées fortes de ce texte: la promotion de "la sédation profonde et continue" permettant aux gens de "partir doucement et sans souffrance". Car cette "sédation profonde" permet de plonger un malade dans coma artificiel. Et, dans certains cas, lorsque le patient est déjà très affaiblit, elle accélère le décès. Mais ce rapport ne va pas jusqu'à préconiser le suicide assisté ou l'euthanasie, autorisés dans plusieurs pays européens. Ce qui ne satisfait pas Jean-Luc Roméro, président de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD).

"Une fois de plus ce n'est pas vous qui décidez mais le médecin"

Sur RMC, le conseiller régional PS d'Ile-de-France indique vouloir aller encore plus loin. "Ceux qui n'en peuvent plus de leurs souffrances n'ont pas envie de cette sédation que propose ce bon docteur Leonetti. Ils ont envie de partir quand ils ont décidé, entourés des leurs. Or la sédation, on vous débranche, on arrête de vous alimenter, de vous hydrater et vous pouvez mettre un certain temps à partir".

Pour lui, "une fois de plus ce n'est pas vous qui décidez mais le médecin. C'est ça le problème de cette loi, c'est que le patient qui n'en peut plus ne peut pas dire: 'Arrêtez, je veux partir, donnez-moi un produit pour partir". Un avis que ne partage pas Vincent Morel, président de l’association française d’accompagnement et de soins palliatifs.

"Un bon compromis"

Dans Bourdin Direct, il dit considérer que la sédation "est un bon compromis car elle permet de soulager un malade sans provoquer la mort, sans le tuer". Il l'assure : "Le rôle de la médecine n'est pas de provoquer le décès des patients mais de soulager les malades quelles qu'en soient les conséquences. Cela veut donc dire que lorsqu'on endort un malade pour le soulager, on accepte que l'une des conséquences possibles soit une éventuelle accélération du décès". Mais, insiste-t-il, "en aucun cas l'objectif de nos soins est de provoquer la mort".

 

Opinions :

On a plus de respect pour nos animaux de compagnie quand il est temps de les voir partir ,on les accompagne dans la dignité avec une injection...j'ai malheureusement assisté 2 fois à un protocole de fin de vie pour des proches ,j'étais dégouté de voir comment cela ce déroulé...mon père a tenu 5 jours avant que son coeur cesse de battre.. et au retour du médecin après le week end lui mème étonné de voir que que mon père était toujours en vie.....je crois que les médecins ce donnent bon conscience en endormant..mais j ai assimile ça a une torture silencieuse ..quelle honte

 

l est temps je crois que la France avance un peu. L'euthanasie est légale dans bon nombre de pays. Il faut la rendre légale en France, bien encadrée bien sur, pour éviter toute sorte d'excès ou de dérapages.

 

On ne peut pas décider pour les autres et le débat est difficile. Il faut notifier clairement ses propres intentions. Rester branché comme un légume à des machines : quelle horreur.
J'ai déjà dit à mes enfants, à mon médecin, que j'y était totalement opposée.

 

 

 

 

Tag(s) : #Fin de Vie

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :